Compte-rendu du Normalien Laulanié



A Verdun


“....La cathédrale montre de larges blessures; plusieurs travées de la voute de la nef sont effondrées laissant apparaître la charpente du toit en ruines ...»


Les champs de bataille


    “ C’est à partir de ce moment que commence pour nous une vision d’horreur qui trois heures durant ne nous quittera pas.


    “Plus près de nous voici Vaux, le bois du  Chapitre, celui de la Caillette, Bezouveau, Louvemeont, la ferme d’Haudremont, Thiaumont..... aucun de ces noms ne nous est inconnu et une indiscible émotion nous saisit en écoutant le Commandant raconter de sa voix qui tremble les horribles scènes qu’il a vécues. Tous nous sommes silencieux, quelques-uns plus sensibles pleurent, ils ont sans doute perdu un père ou un frère qui dort peut-être au milieu des quatre cent mille morts qui gisent enterrés dans l’étroite vallée entre les forts de Vaux et de Douaumont.”

1922 - Voyage à Verdun

Deux ans après le voyage sur l'ancien Front de la Somme, le voyage de juillet 1922 est consacré en partie à un retour sur un des lieux les plus meurtriers de la Grande Guerre : la ville de Verdun et les champs de bataille.

Le compte-rendu rapporte des témoignages chargés d'émotion et d'horreur …


                                                                               Jean Defer

"Après un déjeuner frugal et rapide je me suis promené dans ces rues vides, muettes, très propres, bordées de demi-ruines et bien déblayées des gravats que les explosions y avaient amoncelés"   Normalien Laulanié