Trois plaques photographiques sur verre, au format 8,5x10cm, révèlent un voyage au «Congo français», le Gabon.

Se pose alors la question des motivations afférentes à ces voyages. Si les autres destinations sont «classiques» (Italie, Suisse, Londres, les régions françaises), celle du Congo est inhabituelle.

Les recherches sur internet révèlent des similitudes remarquables avec d’autres photos (sépias) retrouvées sur le site de la Défap, Service Protestant de Mission. Faut-il y voir la proximité, en 1896, du temple protestant situé à l’angle Boileau/Molitor alors extérieur à l’établissement et actuellement cafétéria ?  Voir la page  «Auparavant»

«Bateau à aubes

construit spécialement

pour les fleuves africains,

1895/1905»

Samory Touré


La photo de «Samory» emprisonné, devenu le chef historique Samory Touré, a permis de dater le voyage puisqu’il fut emprisonné à N’Djolé de 1898 jusqu’à sa mort le 2 juin 1900

En passant à N’djolé  - 1898 / 1900 au Gabon

M. et Mme Good, Berty,

M. et Mme Jacot,

1890/1900

selon la Défap

«Samory (2ème Sénégalais) ex-chef de pillards et de marchands d’esclaves en détention avec son fils et un marabout. Un Administrateur du Gouvernement chargé de la surveillance de ce sinistre indésirable» (légende manuscrite)

Journal d’avril 2011


par notre correspondante

semi-permanente au Mali (Marie-Claude Bouaré-Des Déserts).

Remarquer la similitude du portrait de Samory avec la photo archivée

à l’Ecole Normale




«Capture de Samory (Touré)

par le lieutenant Jacquin»


Le Petit Journal du 30 Octobre 1898. Exposition "L'ennemi de mon ennemi" de Neïl Beloufa au Palais de Tokyo, Avril 2018